basse normandieCaen, le 7 juillet 2014

Communiqué du Groupe UDI – Conseil régional de Basse-Normandie

Loi ALUR : Non à l’asphyxie de nos campagnes !

La loi d’accès au logement et pour un urbanisme rénové, dite loi ALUR, du 24 mars 2014, est fortement décriée. Beaucoup dénoncent ses conséquences néfastes sur les transactions immobilières ou sur le secteur du bâtiment. Mais il en est de la loi ALUR comme de la fable : il existe la loi de ville et la loi des champs.

En effet, depuis la promulgation du texte, les habitants des petites communes rurales commencent à prendre conscience de l’ampleur du problème qui se pose désormais à eux. C’est une restriction très nette de leur liberté d’aménager leur terrain, de rénover et d’agrandir leur maison que leur impose la loi Duflot.  

La plupart des personnes habitent en campagne pour avoir de l’espace. Elles s’installent en général sur un terrain nettement délimité : un jardin sépare leur maison des champs environnants. Or, selon la loi ALUR, ce jardin est considéré comme une zone naturelle, sur laquelle il est désormais interdit de construire. Impossible, donc de bâtir un garage accolé à l’habitation, d’aménager une véranda ou encore de créer une chambre supplémentaire pour agrandir la famille. Le maire, qui doit accorder le permis de construire, se verra dans l’obligation de le refuser.

Les conséquences sont nombreuses et déjà tangibles sur le terrain : les entreprises de construction  voient le nombre de demandes s’amenuiser. Les acheteurs potentiels sont beaucoup plus hésitants. Acheter devient un risque, quand aucune modification postérieure n’est autorisée. Les maires se trouvent dans une situation délicate face à leurs administrés et les petites communes, qui ont besoin de dynamisme, surtout dans la période morose que nous vivons, sont ralenties dans leur développement par ces entraves croissantes. Sans même aborder la vaste question de l’inflation des normes, tellement criante dans ce texte de loi...

Entendant les élus et les citoyens des zones rurales à travers toute la Basse-Normandie, inquiétés par ce qu’ils nous rapportent, nous nous en faisons à notre tour l’écho pour dénoncer cette loi d’urbanisme dont l’impact n’a pas été calculé. Nous en demandons une révision dans les plus brefs délais, afin de stopper l’asphyxie de nos campagnes.

Le gouvernement doit comprendre qu’une part importante du pays n’habite pas en ville !

Adaptons ce texte pour le rendre réaliste, sans punition ni contrainte étouffante et continuons notre action en faveur d’une éducation au développement durable, qui est au cœur du programme de l’UDI. C’est la seule manière pour que l’écologie soit bien comprise et, finalement, utile.

Le groupe UDI

Philippe Augier –Anne-Marie Cousin – Ludovic Assier– Valérie Nouvel– Elisabeth Josseaume

Contact udinormandie@gmail.com